La société Cathare

cathares7

La société Cathare était relativement hiérarchisée: il y avait des « Bons Hommes et Bonnes Femmes », ou encore « Bons Chrétiens », des Diacres, et des évêques.

Les Bons Hommes sillonnaient la région en allant par deux. Ils étaient vêtus de robes de bures et de sandales, vivaient de mendicité, et prêchaient la doctrine Cathare. Ils ne mangeaient pas d’aliment « issus du Coït animal », refusaient le mariage, et étaient appelés « Bons Hommes » parce qu’ils menaient, pour les Cathares, une vie exemplaire. Ils avaient reçu, et pouvaient donner le « Consolament», une sorte de bénédiction/baptême, qui les rendait purs selon le rite Cathare. En général, ils donnaient le Consolamentum à un mourant, afin que l’Esprit qu’il renfermait puisse retrouver son origine divine, une fois que le corps aurait périt (l’âme, elle, s’échappait pour entrer dans un autre corps). Enfin, il n’y avait pas de ségrégation sexuelle puisque les femmes pouvaient très bien être des Bonnes Femmes (l’une des plus célèbres fut Esclarmonde de Foix, sœur du comte de Foix).

Hors de leur vie de prêche, ils vivaient en communauté, et observaient un jeûne strict au Pain et à l’eau tous les deux jours, ainsi que trois jeûnes annuels. Ils ne consommaient pas d’oeuf, de lait, de fromage, ou de viande, mais ils mangeaient du poisson, nourriture Divine par essence. Ils travaillaient pour gagner leur vié, étaient ouvriers dans les champs, herboristes/soigneurs, etc.

(NOTA: le poisson était le signe de ralliement des premiers Chrétiens, le Soleil se levant dans la Constellation des poissons, et Jésus ayant multiplié le pain et les poissons pour nourrir ses fidèles)

Les Diacres étaient les « supérieurs » des Parfaits, de même que les évêques étaient supérieurs aux Diacres, mais il n’existait pas à proprement parler de Diocèse. Nombre de Diacres furent tués lors de la prise de Monstégur.

Outre les Religieux Cathares, il y avait les croyants, villageois, seigneurs, qui vivaient et se reproduisaient comme leurs voisins Catholiques Romains, et recevaient le Consolament à leur mort, ou de leur vivant s’ils voulaient entrer en vie religieuse.

Source: Anne Brenon: Les Cathares

 

Bonne lecture, bonne écoute, bon dimanche: Claude Sarfati.