Les enseignements du Nagual (le cocon)

nagual

Une personne résolue à réaliser l’immortalité doit d’abord devenir un chasseur. Pas un chasseur qui tue, mais celui qui chasse la connaissance, qui marche sur le sentier du cœur — compatissant, aimant la Terre ainsi que les êtres qui y vivent.

Après avoir maîtrisé l’étape du chasseur spirituel, on peut devenir un guerrier spirituel — qui est celui qui trace la Puissance (Dieu), tâchant de La traquer et de La connaître.

Don Juan enseignait souvent à Castaneda et à ses autres disciples quand ils marchaient dans le désert et les montagnes — Dans des conditions naturelles en contact direct avec le monde qui nous entoure.

En guise d’exemple, une fois ils ont attrapé un lièvre. Don Juan savait que la vie de ce lièvre sur Terre s’achevait, selon sa destinée. Et il suggéra que Castaneda tue ce lièvre de ses propres mains. Castaneda s’exclama: « je ne peux pas faire cela! » Don Juan s’opposa: « mais tu as tué des animaux avant! » Castaneda répondit: « oui, mais je les ai tués avec mon fusil, à distance, sans devoir les voir mourir… »

Castaneda refusa de commettre la mise à mort; pour la première fois, il pensa au bien-fondé de son éthique à faire cela, au sujet de la douleur des créatures tuées.

Toutefois, le lièvre est mort de lui-même devant les yeux de Castaneda, car la période de son séjour sur Terre s’était vraiment épuisée.

À un certain moment, don Juan et Castaneda descendirent la rue et virent un escargot traversant la route. Et don Juan employa alors cet exemple pour expliquer la philosophie du rôle d’une personne dans les destins des autres créatures.

De telle façon que Castaneda, qui au début était très fière d’être une personne instruite et civilisée, est devenue de plus en plus convaincue que la vraie sagesse ne lui appartenait pas à lui, mais appartenait à ce vieil Amérindien, un grand Chercheur et Enseignant spirituel, qui vivait la vie d’un chasseur et d’un guerrier en harmonie avec le monde autour de lui.

… Après que ses disciples eurent maîtrisé les fondations de l’éthique et de la sagesse, don Juan procédait à leurs enseigner les méthodes psychoénergétiques.

Il devrait être noté ici que seulement un nombre très limité d’étudiants étaient acceptés dans l’École de don Juan. Le critère de sélection était le niveau de développement des structures énergétiques de l’organisme — les chakras. Naturellement, les Amérindiens n’employaient pas des mots tels que chakra. Mais ils parlaient des segments dans le cocon d’énergie de l’homme. Et seulement, les disciples avec des chakras développés étaient considérés comme étant prometteurs et capables de supporter le sentier d’un chasseur et d’un guerrier.

Par conséquent, ceux inscrits dans l’École avaient une grande expérience du travail psychoénergétique acquis dans leurs vies précédentes sur Terre. C’est-à-dire, ils étaient prêts pour un travail sérieux du point de vue psychoénergétique.

Ceci leur permettait de commencer la formation psychoénergétique, pas par le nettoyage et le développement des méridiens et des chakras, mais immédiatement avec le développement de la structure de puissance principale de l’organisme, le hara.

Quand le travail avec le hara était terminé, l’étape suivante commençait: la division du cocon en deux parties: les bulles supérieures et inférieures de perception. C’est de ces bulles que l’on perçoit le tonal et le nagual, respectivement.

La Division du cocon en deux bulles de perception était considérée comme une étape intermédiaire importante vers d’autres étapes de perfectionnement psychoénergétique. On devait maîtriser la concentration de la conscience dans les deux pôles du cocon divisé de la sorte.

Ensuite, davantage de travail était effectué afin de développer la bulle inférieure de perception. Mais cela commençait seulement après que la conscience ait été correctement raffinée, ou comme cela était appelé dans l’École de don Juan, après que la luminosité du cocon ait été nettoyée.

C’est-à-dire, comme dans toutes les autres Écoles spirituelles avancées, les techniques visaient l’amélioration de la conscience précédant le processus à grande échelle de sa cristallisation. Cependant, Castaneda ne décrit pas les méthodes de nettoyage de la luminosité exceptée une, qui peut être vue seulement comme une plaisanterie, à savoir — inhaler la fumée d’un feu.

Grâce à l’amélioration de la conscience et du travail avec la bulle inférieure de perception, les disciples atteignaient l’état du Nirvâna (ils n’employaient cependant pas ce terme). D’abord, ils maîtrisaient la variation statique du Nirvâna en Brahman, et après cela — la dynamique.

À un certain moment, don Juan donna une claque à Castaneda sur le dos avec sa main (il avait souvent l’habitude d’utiliser cette technique pour décaler le point d’assemblage, celui de la zone de distribution de la conscience du disciple) — et Castaneda, se préparait pour cela par des exercices préparatoires, entrait dans la variation statique du Nirvâna dans l’un des états Brahmaniques. À ce moment, il éprouva pour la première fois un état de profonde paix; pour la première fois, il perçut Dieu; il perçut que Dieu est en effet Amour…

Mais soudainement il entendit la voix de don Juan qui disait que bien que cet état était splendide — cela n’était pas celui auquel il devait maintenant aspirer. Tu dois aller plus loin! Ne pense pas que c’est le maximum de tes capacités… Avec ces mots don Juan suggérait à Castaneda, qui avait connu le bonheur suprême du Nirvâna, de ne pas s’attacher à ce bonheur, mais d’aller encore plus loin… Au début, Castaneda se sentit offensé et fâché avec don Juan, mais ce dernier était inflexible: on doit avancer plus loin!…

Bon dimanche: Claude Sarfati

5 Comments on “Les enseignements du Nagual (le cocon)”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.