Les Cathares (Origines)

Cathares 1

NE QUID FALSI AUDEAT.
NE QUID VERI NON AUDEAT.

« Qu’il n’ose pas dire quelque chose de faux et
qu’il ne soit pas sans oser dire quelque chose de vrai
. »

( Devise de l’historien).

En hommage à monsieur Odile François, érudit méconnu de la Champagne.
Un grand merci à monsieur Gilbert Chérest, autre érudit méconnu qui m’a fait redécouvrir le patrimoine historique champenois.

INTRODUCTION.

Toute science naît de l’observation mais si l’homme vient à considérer sa propre nature il y trouve une multitude d’énigmes, à commencer par celles qui limitent le cours de sa vie, la naissance et la mort.
D’autres observations viennent se greffer sur l’arbre de la vie qui conduisent souvent l’homme en quête de lui-même sur les chemins de l’égarement, de l’épouvante ou du merveilleux. De tous temps il en a été ainsi.
L’échappatoire, pour l’homme, existe en la croyance en une intervention supra naturelle qui, au fil des siècles, prendra un caractère divin anthropomorphique. Ainsi vont naître la théurgie mais aussi l’idolâtrie, les vraies ou les fausses croyances déistes, la magie naturelle, etc. autant de sources légendaires qu’il existera de civilisations et qui tenteront toutes de replacer l‘homme dans ce qu‘il considère comme son univers.

De l’Antiquité aux temps modernes vont ainsi s’affronter les partisans de ces différentes formes de cultures religieuses qui ont toujours permis de considérer l’homme dans son environnement cultuel et de situer sa place dans le monde, une lutte parfois fratricide qui verra enfin triompher le christianisme aux abords du Moyen Age. Ceux qui, alors, ne reconnaîtront pas le « credo » du christianisme triomphant seront déclarés devins, sorciers et enfin hérétiques.

Les pages suivantes racontent cette histoire qui pourrait commencer en 314 au concile d’Ancyre (aujourd’hui Ankara) lorsque l’Eglise chrétienne dénonça « ces méprisables femmes qui se vantent de chevaucher certaines nuits, sur des bêtes extraordinaires, et d’être transportées de la sorte à travers l’espace à des danses et à des divertissements auxquels président Hérodiade ou Diane, la déesse des païens ».

L’histoire du christianisme primitif provient essentiellement de ce que nous ont laissé les apôtres et autres disciples du Christ. L’harmonisation des textes qui se fit aux quatrième et au cinquième siècles a donné au christianisme primitif son corpus cohérent. Mais la nature même des sources nous empêche de faire la distinction entre les enseignements originels et ceux développés par la suite par les Pères de l’Eglise.

C’est au cours du second siècle que le christianisme commença à s’écarter des enseignements puisés aux racines juives tout simplement parce que les chrétiens non juifs étaient devenus plus nombreux que les juifs convertis au christianisme.

Le novateur, en quelque sorte, de la nouvelle doctrine religieuse fut saint Paul qui se définissait lui-même comme « l’instrument de Dieu ». Saint Paul fut le premier vrai théologien chrétien.

Au quatrième siècle le christianisme s’était si bien développé et consolidé qu’il ne restait aux dirigeant de l’Empire romain que deux solutions, soit éradiquer cette secte soit l’accepter. Si Dioclétien fit tout pour l’abattre, Constantin la reconnut et, de facto, fonda l’empire chrétien. Dès lors il fut de bon ton d’être chrétien.

Si le christianisme occidental devint de plus en plus centralisé, le christianisme oriental se structura sous l’autorité de nombreux centres autonomes comme ceux de Constantinople, Jérusalem ou Alexandrie.

Cette entité unique occidentale, sous l’autorité du pape et des évêques, créa en son sein de nombreuses dissensions et controverses théologiques. L’Eglise renforça donc son organisation, centralisant plus encore l’autorité entre les mains des évêques ce qui permit finalement de se débarrasser des hérétiques, sans pour autant faire oublier au bon peuple les nombreux aspects de la vision de monde qu’avaient eu ces mouvements religieux ésotériques (gnosticisme par exemple).

On vit donc apparaître, dès le second siècle, des mouvements religieux chrétiens dont le principal celui des gnostiques allait perdurer jusqu’au Moyen Age et retrouver une nouvelle vigueur moderne cette fois ci à la lecture des documents découverts à Nag Hammadi.

Source: Les Cathares oubliés

De Daniel de castille

Editions Broché

 

 

Bonne lecture, bonne écoute, bon dimanche: Claude Sarfati.