Les enseignements du Nagual (Tonal et Nagual)

Tonal et Nagual

Les enseignements de Juan Matus ont été décrits en détail par Carlos Castaneda — notre contemporain de Los Angeles. Ses livres connus de nous ont été édités dans la période de 1966 à 1987. Nous connaissons également le livre par D.C. Noel Rencontrer Castaneda, qui contient des entrevues avec lui.

Il doit être noté tout de suite que dans ses livres Castaneda décrit la période de son rapport avec don Juan qui a duré pendant environ trois décennies. Au cours de cette période, c’était non seulement Castaneda qui a avancé dans son développement, mais également don Juan lui-même. En lisant les livres de Castaneda, on peut voir les débuts ainsi que le développement de la recherche spirituelle personnelle de don Juan, qui n’était pas sans erreurs. C’est pourquoi le concept spirituel de cette École doit être évalué non sur ce que don Juan a fait au cours de ces décennies, mais sur ce qu’il a atteint vers la fin de sa vie terrestre.

Ainsi, le futur auteur de livres à gros tirage au sujet de l’école de Juan Matus, Carlos Castaneda était un étudiant préparant une licence d’enseignant dans une université aux États-Unis, se spécialisant en anthropologie. Il a dû rassembler le matériel pour sa thèse, alors il est allé au Mexique étudier l’expérience des Amérindiens qui employaient des plantes médicinales et psychotropes. À son arrivée au Mexique, il a commencé à rechercher des personnes compétentes en cette matière. Il fût présenté à un Amérindien, dont le nom était Juan Matus, qui accepta de fournir les données nécessaires dont il avait besoin gratuitement.

Ils ont fait connaissance, ensuite leur travail commun commença. En temps opportun, Castaneda découvrit que don Juan possédait non seulement la connaissance au sujet des qualités des plantes, mais également au sujet de l’art ancien de la sorcellerie amérindienne toltèque. D’ailleurs, don Juan s’avérait être un sorcier lui-même. Pour la première fois dans sa vie, Castaneda se trouva confronté à des phénomènes qui étaient au-delà de ses croyances séculaires et religieuses. En guise d’exemple, il s’avérait que les lézards pouvaient parler, les gens pouvaient voler avec leurs corps, extraire diverses choses hors de nulle part, et ainsi de suite. Castaneda s’est trouvé captivé par tout ceci et y était intéressé en tant que scientifique, c’était un nouveau domaine de connaissances pour lui.

Une fois, don Juan invita Castaneda à une réunion où ses associés prenaient des substances psychédéliques faites maison. Castaneda en consomma lui aussi. Et ce qui ce produisit ensuite fît que don Juan, pour la première fois, vît Castaneda en tant que disciple prometteur.

Don Juan était un mystique; il percevait le monde entier d’une manière mystique. En particulier, il attachait une grande importance aux prétendus signes venant à lui d’une autre réalité.

Il arrivait que Castaneda, en avalant du peyotl, commence à jouer un jeu étrange avec un chien. Ils commençaient par s’uriner l’un sur l’autre… C’était le comportement du chien, absolument hors de l’ordinaire pour un chien, qui était important ici. Cela a été interprété par don Juan comme un signe de Dieu (Qui était nommé Puissance dans cette tradition) indiquant l’importance de Castaneda qui n’était pas un Amérindien avait pour cette l’École. Après ce moment, Castaneda est devenu un membre de la partie (c’est-à-dire, du groupe) des disciples de don Juan. Et don Juan commença à l’initier graduellement dans la connaissance secrète de son École.

Quelles étaient les vues conceptuelles de cette École?

L’univers se compose de deux mondes parallèles; le premier d’entre eux s’appelle le tonal (c’est-à-dire, le monde des choses matérielles) et le second — le nagual (le monde immatériel).

Nous communiquons avec le monde de la matière par la soi-disant première attention, transmit par les organes des sens du corps physique.

Pour devenir capable de connaître le nagual, on doit développer la deuxième attention, la clairvoyance.

Il y a également la troisième attention, au moyen de laquelle on perçoit le Créateur et Sa Manifestation, que don Juan mentionnait en tant que Feu.

Selon la mythologie partagée par les prédécesseurs de don Juan, le monde est régi par l’Aigle divin universel. C’était leur concept de Dieu. Bien que cela semble fantastique, c’est monothéiste.

Cet Aigle Se nourrit des âmes humaines qui quittent leur corps. Mais l’Aigle confère également la chance à certains d’éviter Son bec après la mort et de réaliser l’immortalité, à condition que pendant la vie dans leur corps ils aient acquis les qualités nécessaires pour cela, qu’ils se soient développées comme consciences au niveau nécessaire, et qu’ils aient obtenu la puissance requise.

Ce concept contenait un élément de peur, qui était censé forcer une personne à faire des efforts afin de se perfectionner. Mais, comme Jésus-Christ, don Juan était fortement opposé à cette attitude envers Dieu, qui était basée sur la peur. Il disait que pour approcher Dieu, on doit prendre le chemin du cœur — qui est le chemin de l’Amour. Il est intéressant de constater que don Juan soit venu à cette compréhension indépendamment de l’influence d’autres traditions spirituelles. Il n’était pas au courant des enseignements de Krishna ou de Jésus-Christ, n’avait jamais lu des livres soufis ou taoïstes. Il est évident qu’il n’avait pas lu le Nouveau Testament; autrement il l’aurait certainement cité.

à suivre;-)) Claude Sarfati

24 Comments on “Les enseignements du Nagual (Tonal et Nagual)”

  1. Marie

    Cet Amour nous en sommes tous porteurs ,
    Les signaux ne manquent pas ,
    L’ ouverture à la Conscience ( Dieu , Source , Lumière ……) frappe chaque jour à la porte du Coeur .
    Je ne parle pas d’amour comme nous pouvons le concevoir , celui entre deux êtres charnels , mais celui que seuls ou entourés nous procure apaisement guidance , confiance dans cette vie quotidienne qui toujours aussi speed porte obstacle à la reconnaissance de ces signaux.

    Le temps de se poser , de lacher prise au fil des jours , de reprendre contact avec l’élément nature , nous fera revenir à la Source .
    Ancun besoin de substances psychotropes , Un retour , à l’essence , nos racines ouvrira peu à peu la porte .

    Comme le Tao le conseille , la méditation , la prière …… obligera le mental à perdre du terrain , ceci afin d’équilibrer Mental , Esprit.

    Cet équilibre que nos sociétés , les religions ont pris soin de nous spolier au fil des Temps .
    En nous laissant vivre dans les peurs , selon eux , ils étaient et sont les seuls à penser à notre bien être , à notre protection ce qui est faux

    Personne ne sait à part nous , ce tête à tête avec notre Etre

    Marie

  2. Mostafa

    Le secret, c’est la force du mental, plus les plantes qui rendent le psychique en équilibre et libre. Regardez autour de vous; Les humains n’ont aucune force mentale. Dans leur majorité ils sont vulnérables. Plus l’homme est libre plus il se détache de ses chênes que sont: les conditionnements de toutes sortes. Le Chamane, le Derviche, le sage, le Majdoube et bien d’autres. Eux sont détachés des humains simples ou communs donc non libre.

  3. Alba

    C’est un veritable plaisir de vous lire avec cette article, je vous en remercie enormement !!!

  4. Siegfried

    Bonjour Claude,

    « Parallèle » me laisse perplexe….Pour la séparation tranchée qu’il évoque….Tonal et Nagual vus comme des plans de la conscience , ne peuvent exister dans la dualité….Ils existent dans la totalité de l’être….Quand au « chemin qui a du coeur », c’est un chemin guidé par la voix du coeur….
    Ainsi je l’entend….

  5. Hajji

    Je suis le nagual Hajji Taoufik. Je voudrais avoir des adresses de personnes ou groupements oeuvrant au niveau du nagual.Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *