Les enseignements du Nagual (tuer le Je)

penitent

Et c’est quoi plus loin? Est-ce l’aspect dynamique du Nirvâna quand la conscience cristallisée agit dans les plans subtils. Dans cet état, on peut toucher avec la conscience n’importe qui sur Terre et autour; afin de faire cela, on doit juste avoir de l’information au sujet de cet être.

Alors, les disciples de Juan Matus maîtrisaient l’état de Nirodhi, connu dans toutes les Écoles développées de bouddhi yoga. Don Juan a également décrit cet état en termes endémiques précis dans son École. Il enseignait aux disciples qu’il existe des vagues d’énergie, qui roulent constamment sur toutes les créatures vivantes et de qui nous sommes protégés par nos cocons. Et que l’on peut employer la puissance de ces vagues afin de se transférer avec leurs aides vers des mondes inconnus. Ces mondes inconnus sont d’autres dimensions spatiales. Pour ce faire, on doit permettre à la force de roulement d’inonder le cocon. Alors, on se transforme en rien; le je meurt.

C’est seulement après avoir atteint l’état de disparition en Brahman qu’il devient possible de connaître Ishvara — et de disparaître en Lui pour toujours, ayant conquis la mort. C’est-à-dire, comme don Juan l’a compris, on ne doit pas se sauver du bec de l’Aigle, mais plutôt fusionner dans l’universel Pouvoir Divin.

Il convient de noter qu’avec l’aide du Feu on peut maîtriser la dématérialisation du corps physique. Juan Matus et ses compagnons réalisaient cela.

… Ainsi, nous avons considéré les principales étapes du travail dans l’École du bouddhi yoga de Juan Matus. Elles s’avèrent être communes pour toutes les Écoles de bouddhi yoga, indépendamment de l’endroit où sont ces Écoles sur la surface de la Terre, qu’elles soient reliées l’une à l’autre ou pas, et sans se soucier des langues parlées dans ces Écoles et des termes utilisés en elles. Il en est ainsi parce que Dieu guide les personnes, qui consacrent leurs vies à Lui, selon les mêmes lois du développement spirituel.

Et maintenant, considérons plus en détail les méthodes spécifiques de travail de l’École de Juan Matus, qui ont été décrites par Castaneda et que nous pouvons appliquer à nous-mêmes.

Ils peuvent être divisés en deux groupes: préliminaires et de bases.

La première des méthodes préliminaires est la récapitulation. Essentiellement, c’est identique au repentir, qui est l’une des pratiques principales dans toutes les principales religions. Les disciples devaient se rappeler — principalement en retraite qui durait pendant plusieurs jours — toutes les erreurs qu’ils avaient faites dans leurs vies, et revivre ces situations, mais cette fois correctement. Afin d’intéresser davantage les disciples dans ce travail très difficile, on leur disait que pendant la récapitulation ils regagneraient l’énergie perdue en raison de leurs réactions émotives incorrectes. La qualité du travail pénitent n’a pas été détériorée en raison de ce manège, puisque son but principal — apprendre à réagir de la manière moralement correcte et éviter de commettre des offenses — a été réalisé avec les efforts appropriés.

Ils devaient également détruire le sentiment de suffisance et de pitié envers soi — puisque ces qualités ont comme conséquence un énorme gaspillage de son énergie personnel. En effet, si l’on se pense très important et que quelqu’un d’autre empiète sur notre sentiment d’importance avec une attitude irrespectueuse, on réagit avec excès émotif et ressentiment, colère, et ainsi de suite. Dans ce processus, l’énergie de l’organisme est intensivement gaspillée.

Voici un fait intéressant de la biographie de Castaneda: quand son étude à l’École de don Juan s’est terminée, lui et son compagnon, La Gorda — bien que Castaneda soit devenu millionnaire grâce à ses livres et pouvait vivre une vie libre de soucis matériels — néanmoins, lui et La Gorda se sont fait engager sous différents noms comme domestiques pour un homme riche et ont souffert des humiliations, de la grossièreté et de la trahison venant des autres domestiques. Ils ont eu recours à cela afin de détruire complètement le sentiment de suffisance, pour effacer de leurs mémoires leurs histoires personnelles — afin d’atteindre l’humilité. Puisque tout ce qui arrive au guerrier sur le plan physique, comme le disait Castaneda, n’importe pas; la seule chose qui importe est l’état de la conscience.

Et cela est sans importance en effet, comparé au But Suprême! Ce qui est d’importance principale est la capacité d’être rien, la capacité de ne pas se défendre quand quelqu’un est injuste envers vous, mais d’être protégé — ainsi enseignait don Juan. Et l’état de protection vient seulement quand il n’y a plus aucun moi, quand il y a seulement Dieu.

Bonne lecture: Claude Sarfati

One Comment on ““Les enseignements du Nagual (tuer le Je)”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.