un dialogue avec soi-même (4)

… Je voudrais donc comprendre le pourquoi de mon sentiment de solitude, car c’est lui qui est cause de mon attachement. Il m’a contraint à fuir, en me raccrochant à ceci ou à cela; et tant qu’il persistera, cette succession de réactions en chaîne se reproduira.

Qu’est-ce que se sentir délaissé?

Comment en arrive-t-on là?

Le sentiment de solitude est-il instinctuel, ou héréditaire?

Ou résulte-t-il de mon activité quotidienne?

Dans les deux premiers cas, il est inscrit dans ma destinée et je n’y suis pour rien. Comme je n’accepte pas cette explication, je la met en doute, et demeure avec mon interrogation. J’observe, sans essayer de trouver une réponse intellectuelle.

Je n’essaie pas de dire au sentiment de solitude ce qu’il devrait faire, ni ce qu’il est: je l’observe pour que lui-même me le dévoile. Un état d’attention vigilante s’instaure pour que lui se révèle.

Il ne se révélera pas si je fuis; si j’ai peur; si je lui résiste.

Alors je l’observe.

Je l’observe, de sorte qu’aucune pensée ne fait irruption. L’observation est beaucoup plus importante que l’immixtion de la pensée.

Et comme toute mon énergie est centrée sur l’observation de ce sentiment de solitude, la pensée n’intervient pas du tout. L’esprit est confronté à un défi, et il doit y répondre. Ce défi le met en état de crise.

En situation de crise on développe une immense énergie et celle-ci se maintient sans ingérence de la pensée. Il y a là un défi qui exige une réponse.

J.Krishnamurti (extrait d’une discussion qui eut lieu lors du Brockwood Park Gathering, le 30 août 1977)

4 Comments on “un dialogue avec soi-même (4)”

  1. charpentier

    Ce texte peut aider à réfléchir sur soi même

    Merci Claude

    Pas facile à adopter cette solitude

  2. Isia

    Q: Peut-on finalement dire que vous en avez « besoin », que ces crises sont un mécanisme de sécurité de « mise en sommeil » de votre de cerveau pour vous « régénérer » et être apte à affronter vos prochains stress émotionnels ? Je ne sais pas trop, des fois je ne comprends pas ce qui m’arrive, j’ai une impression de bizarrerie, je ne sais plus trop ou j’en suis, je suis même confuse dans ma pensée et même des fois je perds la mémoire effective. Exemple je vais chercher un papier et quand je rentre dans ma chambre j’ai oublié pourquoi je suis la, c’est étrange et pénible, oui des fois il m’arrive de me sentir « étrange », je ne me comprends pas, et d’autres fois j’ai vraiment l’impression d’être en dehors du monde, je regarde les autres vivre et moi j’ai l’impression de ne pas appartenir au même monde qu’eux, c’est assez bizarre.

  3. silver

    Pour être capable de faire le don de soi, il faut avoir pris possession de soi dans cette solitude douloureuse hors de laquelle rien n’est à nous et nous n’avons rien à donner.

  4. mercadee

    Pour être capable de faire le don de soi, il faut avoir pris possession de soi dans cette solitude douloureuse hors de laquelle rien n’est à nous et nous n’avons rien à donner.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.