Vivre en unité

Un changement total de paradigme

A l’heure de cette grande transition que traversent la terre et l’humanité, deux grands courants prédominent : certains vivent dans la crainte de catastrophes, renforçant les structures rigides de leur ego ou de leur corps d’émotions, d’autres s’ouvrent au courant d’éveil immense qui submerge le collectif…
L’invitation de ce courant d’éveil se situe à un autre diapason du mode de fonctionnement normal. Il ne s’agit plus de donner le poids de son attention aux limites de la personne, mais de l’offrir à la plénitude d’Être. Que signifie cela dans le concret du quotidien ?

Le point de référence de beaucoup d’êtres est leur personnalité, leur structure égotique, émotionnelle, mentale ou physique. Et parce que nous nourrissons ce sur quoi nous mettons notre attention, ces structures apparaissent toujours plus prédominantes, plus opaques, semblant voiler la transparence de l’Être que nous sommes. Pourtant l’Être reste, éternel éveillé, Être d’Eternité, Être de Lumière. En lui offrant le poids de notre attention, c’est Lui que nous nourrissons, et l’existence se place dans un autre contexte, comme si nous jouions la mélodie de notre vie sur un autre diapason. Chaque plan d’existence individuelle a un plan correspondant à un niveau plus vaste. Le plan de l’Être est relié, dans sa nature même, à ce plan connu comme le Cœur.

Dans notre structure physiologique, le Cœur a sa porte, pourrait-on dire, dans le chakra du Cœur. Cela signifie que lorsque le centre de notre équilibre énergétique est replacé au niveau du chakra du Cœur, au lieu d’être au niveau de la tête ou des centres émotionnels de la gorge ou du plexus solaire, la porte est ouverte pour que la vie soit vécue depuis la dimension du Cœur, et soit pur reflet de cette dimension. Or le Cœur est l’expression de la dimension de Lumière. Alors que les plans du mental, des émotions ou de l’ego nous relient à la dimension de l’astral, le plan du Cœur nous relie à cette dimension qui ne connaît que l’Unité, l’Harmonie, et l’évidence que seule est la Lumière.

Il ne s’agit plus là de mentaliser un concept, mais de changer radicalement les paradigmes gouvernant notre existence.

La base de ce changement est l’ancrage dans son corps. En effet, lorsque notre énergie flotte au-dessus du corps, ou reste emmagasinée dans un mental hyperactif ou des émotions perturbées, l’énergie n’est pas ancrée dans la structure corporelle. L’ancrage implique que la structure corporelle est nourrie et traversée par un courant homogène d’énergie circulant verticalement dans tout le corps, le nourrissant, unifiant tous les centres d’énergie. Lorsque cet ancrage est suffisamment intense, le centre de la circulation d’énergie redevient naturellement le chakra du Cœur. Il agit alors comme un centre d’unification, et le fonctionnement de tous les autres centres d’énergie s’en trouve harmonisé, unifié. Et ce point d’équilibre dans le chakra du Cœur est comme une porte ouverte vers l’Unité.

Ce que beaucoup nomment la dimension de la Lumière a été bien galvaudé, et souvent perçu sous la coloration du monde mental ou égotique. Des histoires sont alors brodées qui semblent pourtant dépourvues de la limpidité de la dimension de Lumière.
Le Cœur est la dimension de l’unité. L’unité ne connaît que l’harmonie, la simplicité.

Le temps linéaire et la notion de l’espace sont alors ramenés à leur source, l’éternel et l’infini. Le déterminisme est ramené dans l’infinie liberté d’Être l’Être éternel, créateur de sa création.

En effet, même notre physique quantique nous montre ce qu’avancent les courants spirituels : la création n’est pas figée, mais elle est la création de l’observateur. Chaque Être est le créateur de sa propre création. Il suffit donc de retrouver les lois à la base de l’art de la création pour retrouver la liberté d’Être l’Être de lumière que nous aspirons à devenir. C’est cet art que les Êtres Ascensionnés, quels que soient les courants ou les traditions auxquels l’humanité les relie, nous invitent à retrouver.
Retrouver d’autres paradigmes, d’autres valeurs à la base de l’existence.

Par exemple, si le temps linéaire et l’espace ne sont que des illusions tridimensionnelles, et que la dimension de Lumière ne connaît que l’éternité et l’infini, alors la course du devenir à laquelle les personnalités s’adonnent avec intense passion n’a aucun sens ; ces dimensions d’elles-mêmes que la personnalité, l’ego, le mental, essaient d’atteindre, sont en fait déjà réalisées, car l’éternité ne connaît que la simultanéité. Il suffit de changer son regard.

C’est bien ce changement de regard qui est l’invitation. Ne plus essayer de gouverner son existence par la volonté de l’ego, mais laisser la détermination qui est la nature de l’Être exprimer la plénitude de l’autodépassement qui par nature est la caractéristique de la Vie.

Ne plus mettre son regard et le poids de son attention sur des limites à dépasser, des impossibles à résoudre, mais sur l’éternelle perfection de cet Être d’infinie simplicité et d’infinie splendeur qui est le Tout, la Vie, ce que JE SUIS.

Et parce que, comme je l’ai dit plus haut, l’attention est créatrice, le niveau de perfection de cet Être que JE SUIS commence à se matérialiser dans tous les domaines de notre quotidien.

La vision alors bascule de la fragmentation des limites et de la séparation vers l’unité de l’Être, exprimé pour se glorifier par l’unicité de chaque parcelle de création. Car l’Être, de par sa nature d’autodépassement, pour se glorifier, s’exprime à travers la multiplicité de la création. Chaque parcelle de cette multiplicité exprime la perfection de la totalité.

Le Cœur est la dimension de l’harmonie, de l’infinie créativité, de l’infinie spontanéité, de la joie créatrice. Et ces valeurs d’harmonie, de créativité, de spontanéité, de simplicité s’expriment alors naturellement à travers les différents domaines de notre quotidien. Il ne s’agit plus de contrôler, mais d’accompagner en conscience la nature de la Vie.

Ainsi la vigilance garde son rôle prépondérant dans notre existence. La Vigilance est cet accompagnement en conscience permanent de chaque moment d’éternité. Car puisque le libre arbitre est inhérent à la Vie, chaque Être est invité à accompagner de sa vigilance consciente chaque phase de la création de sa propre réalité. On est bien loin du pilotage automatique qui semble la caractéristique de l’existence dirigée par l’ego, le monde mental ou émotionnel.

Chaque Être est créateur de sa réalité, et la vigilance permet de choisir en conscience, éternellement, à partir d’où l’Être se place pour créer sa réalité.

Ceci rend l’existence exaltante. Cette vigilance et le fait de retrouver les lois de la création, les lois de la matérialisation des désirs, celles de la précipitation de l’intention, redonnent à l’existence la magie d’Être le Créateur, le Maître de sa propre destinée.

Les Êtres Ascensionnés nous rappellent que la matérialisation de la création est régie par l’union de trois principes fondamentaux : l’intention, l’attention et l’amour. L’Amour, disent-ils, est la clef maîtresse, la base et la source de TOUT. De l’océan d’amour émerge l’intention ; l’attention soutenue sur l’intention, sans admettre de décalage entre l’intention et sa réalisation, permet la réalisation instantanée de l’intention.

Et encore et toujours, l’invitation est de bien voir sur quoi nous mettons notre attention : sur la réalisation de l’intention, ou sur des événements indésirables, des catastrophes à éviter, qu’en fait nous nourrissons en leur donnant le poids de notre attention. Donnons-nous notre attention à cet Être d’infinie liberté que JE SUIS, ou aux limites de la personnalité et toutes les chaînes qui semblent la relier à la souffrance et aux limites ?

Et parce que la terre dans son ensemble retrouve cette dimension de Liberté qu’est la dimension de Lumière, l’importance de bien comprendre ce rôle prépondérant de l’union de l’Amour, de l’intention et de l’attention n’est que plus grande. Nous nourrissons ce sur quoi nous mettons notre attention.

Le collectif de l’humanité acceptera-t-il de déplacer le poids de son attention de problèmes à résoudre, de peurs de catastrophes à venir, vers la plénitude d’Être, Être de simplicité, de Puissance et de Lumière ?

Et même cette question est une fausse question, puisque chaque Être est la Totalité, donc la totalité du collectif.

Chaque Être acceptera-t-il de dire Oui à cette invitation grandiose qui reste un défi pour les limites de nos personnalités?

Que choisissons-nous de nourrir du poids de notre attention ?

Acceptons-nous de ne tourner notre attention que vers cette plénitude d’Être Être d’Amour, et sur l’actualisation de cette évidence d’Être Être d’Amour dans le concret de nos quotidiens?

L’invitation est faite à chacun, inconditionnellement. Et il est merveilleux de voir tous ces courants d’accompagnements offerts dans leur totale simplicité par les Êtres de Lumière. Pour nous rappeler que nous-mêmes sommes ces Êtres de totale transparence, de puissance et d’amour, créateurs de toutes nos apparences de vie. Et qu’ainsi le collectif de l’humanité quitte son rôle de victime et les jeux de pouvoir pour entrer dans le sens profond de l’incarnation…

Réapprendre l’art de la Création. Et sortir des habitudes des ego et des personnalités qui se croient victimes de circonstances ou de situations.

Il est exaltant d’Être vivant, et exaltant d’Être la Vie.

Source: Méditationfrance

par Agnès Bos

 site: Anandamath

Amitiés: Claude Sarfati.

Bonne année du Chien de Terre

Le 16 février marque le début de l’an chinois 2018, qui est également l’année du chien de terre, et à partir de cette date nous profiterons tous d’une année qui alliera honnêteté et pragmatisme (et les personnes qui apprécient la mode seront sûrement ravies, car cette année pourrait apporter des choses positives dans ce domaine).

Les natifs du Chien sont les perfectionnistes du Zodiaque Chinois, surtout lorsqu’il s’agit de leur apparence. Mais ne vous laissez pas abuser par leur apparente vanité. Sous cette belle façade, vous trouverez l’un des êtres les plus honnêtes et les plus observateurs du monde.

Le Chien est persuadé qu’il est important d’être franc et direct et il attend la même chose des autres. Les natifs du Coq remarquent également tout ce qu’il se passe, ce qui leur permet d’exceller en droit, en médecine et en sciences.

Alors, que pouvons-nous attendre de l’année qui s’annonce ? Nous serons tous influencés par le Chien et nous retrouverons ses caractéristiques dans notre vie.

Il est possible que nous prenions tous un peu plus de temps pour nous admirer dans le miroir avant de sortir.

Plus important encore, nous pouvons également nous attendre à la réalisation de progrès majeurs dans les domaines de la médecine et de la science.

 

Le signe du Chien en astrologie chinoise – caractère et personnalité

Le Chien est un animal qui suit son instinct, il se réjouit tout naturellement au lever du soleil. Les natifs du signe du Chien parviennent donc souvent à atteindre leurs buts en suivant leur instinct et leur intuition.

Cela leur permet de gérer des compromis temporaires, de se faire respecter et d’atteindre leurs objectifs au lieu de passer leur temps à hésiter et à s’inquiéter. Les natifs du signe du Chien doivent toutefois fournir des efforts afin de profiter de leur succès.

Ils doivent aussi réprimer leur tendance à l’hésitation et à la réflexion afin de pouvoir agir.
Lorsqu’un Chien réfléchit trop pour résoudre un problème, il a tendance à trop se concentrer sur les détails et à oublier son objectif principal. Cette habitude l’empêche de prendre des décisions et ralentit sa progression.

Le Chien peut toutefois lutter contre cette manie en faisant preuve d’assurance et en s’impliquant dans ses activités.

Les natifs du Chien obtiennent généralement de meilleurs résultats en faisant confiance à leur intuition, mais ils y parviennent tout aussi bien lorsqu’ils décident de réfléchir plus longuement. Ils devront simplement patienter davantage pour récolter le fruit de leur labeur.

Romance / Vie Amoureuse

Le Chien est un partenaire attentionné aussi bien lorsqu’il débute une nouvelle relation amoureuse que lorsque cette dernière évolue au fil des années. Les natifs du Chien aiment partager leurs passions et leurs secrets avec leurs partenaires et faire tout ce qu’ils peuvent pour les rendre heureux.

Le Chien se montre parfois trop prudent et trop hésitant, ce qui a pour conséquence de ralentir l’évolution de sa relation de couple. Mais si son partenaire fait preuve de patience et de considération, il parviendra à rester lui-même et à définir ses véritables désirs et attentes en matière de couple.

Le Chien aura besoin de temps et peut-être même de changer de partenaire pour atteindre ce but, mais au final cela lui permettra de prendre le contrôle de sa vie.

Relations Interpersonnelles

Les natifs du signe du Chien vivent généralement des relations épanouies, car ils aiment discuter et rire lorsqu’ils parviennent à se détendre. Les Chiens sont des compagnons plutôt appréciés sur le plan social, car ces natifs sont tolérants et acceptent assez rapidement les idées des autres.

Nous recommandons au Chien de bien réfléchir avant de les valider, car sa tolérance peut rapidement se transformer en lâcheté. Cela n’influera pas sur sa réputation mais cela en dira long sur son caractère et sa personnalité.

Carrière et Finances

Le Chien a des talents innés: il parvient facilement à se conformer aux instructions qu’on lui donne et à aider ses patrons/supérieurs à tirer satisfaction de leur travail.

Ces atouts lui permettent d’évoluer progressivement sur le plan professionnel, mais cette progression est parfois entravée par son caractère trop prudent et hésitant. S’il parvient à oublier ses doutes, ses supérieurs lui accorderont volontiers davantage de responsabilitate.

S’il n’y parvient pas, ses progrès resteront limités et il ne réussira pas à prendre de véritables décisions.

Mais les natifs du Chien réussiront toujours à subvenir à leurs besoins sur le long terme. Le Chien n’aura probablement jamais de problèmes financiers s’il fait preuve d’assez de motivation pour continuer à progresser.

Astrologie Chinoise

Utilisée depuis des millénaires, l’Astrologie Chinoise présente certaines caractéristiques qui lui ont rallié beaucoup d’adeptes occidentaux.

Si l’Astrologie Chinoise comprend douze signes comme l’Astrologie Occidentale, ceux-ci portent les noms de douze animaux différents.

La légende dit que le Bouddha convia pour le Nouvel An tous les animaux de son royaume. Pour des raisons inconnues, douze uniquement se rendirent à l’invitation. Dans l’ordre des arrivées, le Rat fut le premier, le Buffle le second, le Tigre le troisième, puis le Chat, le Dragon, le Serpent, le Cheval, la Chèvre, le Singe, le Coq, le Chien et le Cochon.

 

Source: Thechinesezodiac.org

 

Jusqu’au 17 février 2018, nous sommes dans l’année du Coq de feu, cliquez sur ce lien pour lire l’article

 

Amitiés,

 

Claude Sarfati

Bonne année 2018

 

Je vous souhaite mes meilleurs vœux pour cette nouvelle année.

Amour

Santé

Travail

Prospérité

Eveil

Sérénité

Chaque année, j’ajoute une petite vidéo d’un chanteur qui a marqué plus particulièrement notre temps récent.

Cette année, sans aucun doute et à l’unanimité (des moi-même), c’est Calogero🙂

 

On a tous 
Une chanson d’Souchon qui nous traîne 
Un vieux col roulé qui nous gêne 
Une rentrée, une odeur de trousse 
Dans nos souvenirs, on a tous 
Toutes ces choses qui durent et qui tiennent 
Un vieux poster de Saint-Étienne 
Des mots qui nous ont démolis 
Des « je préfère qu’on reste amis »

Toutes ces pierres sur lesquelles on se hisse 
Et qui font de nous un édifice 
On a tous au fond du mental 
Toutes ces choses fondamentales 
Toutes ces personnes nées dans le passé 
Qui nous poussent et qui nous font pousser 
Cachées là au fond du mental 
Ce sont les choses fondamentales

On a tous 
Une bonne odeur de tarte aux pommes 
Une chanson super en automne 
Un vieux couloir qui fout la frousse 
Dans nos souvenirs, on a tous 
Une amoureuse en collégienne 
Des prénoms qui soudain reviennent 
Devant des vielles photos d’élèves

Ce qui nous a élevé nous élève

Toutes ces pierres sur lesquelles on se hisse 
Et qui font de nous un édifice 
On a tous au fond du mental 
Toutes ces choses fondamentales 
Toutes ces personnes nées dans le passé 
Qui nous poussent et qui nous font pousser 
Cachées là au fond du mental 
Ce sont les choses fondamentales

Si un jour je me désaccorde 
Même perdu, déboussolé 
Je ferai résonner la corde 
La note sur laquelle j’ai poussé

Toutes ces pierres sur lesquelles on se hisse 
Et qui font de nous un édifice 
On a tous au fond du mental 
Toutes ces choses fondamentales 
Toutes ces personnes nées dans le passé 
Qui nous poussent et qui nous font pousser 
Cachées là au fond du mental 
Ce sont les choses fondamentales

On a tous 
Toutes ces choses fondamentales

Paroliers : Calogero Maurici

Paroles de Fondamental © Gioca Music Sarl, Warner Chappell Music France, Les Poupées

CD: Liberté chérie

CLIP réalisé par Claude Lelouch

Joyeux Noël à tous (Absent du 21/12 au 27/12 inclus)

Je vous souhaite un merveilleux noël à tous.

Profitez de ceux que vous aimez, ayons une pensée sincère pour tous ceux qui souffrent…

 

Le Dictateur de Charlie Chaplin (1940)

……………………………………………………………………..

………………………                          …………………………

……………………………………………………………………..

 

Fresque

De sauvages bourrasques au loin ont projeté
Ces pierres de mémoire que sculptèrent des hommes
Eux les fils du granit qu’un glaive a mis à mort,
Au milieu des fureurs des révoltes qui disent
Combien est dense et grand le temps de l’espérance

Depuis toi qui vécus dans cette grotte sombre
Des années puis des siècles afin de nous rejoindre
Et vous autres menhirs aux frontons de héros
Par des mains érigés contre vents et marées
Vous tous tressés et dignes au creux de notre histoire

Puis vint le fracas mortel d’arquebuses et d’acier
Un fleuve qui charria la liberté vaincue
Ces gouffres de regards orphelins de la vie
Et ce soleil mourant sur d’antiques falaises
A faire trembler la terre de pleurs et de blasphèmes

Mais est venu ce temps émergeant des espaces nouveaux
Tout pétri d’héritage et de mondes à créer
Quand des yeux sans bandeaux enfin se dessillèrent
Sur tout ce qui fut tu et criblé par l’affront
Ce temps où s’enchevêtrent le sable et le diamant.

A. Fileta ( Affrescu)

……………………………………………………………………….

…………………                            ………………………………

……………………………………………………………………….

 

Le cabinet est fermé du 21 décembre 2017 au 27 décembre inclus.

Vous pouvez réserver vos consultations, effectuer vos tirages de Yi Jing sur mon site,

je vous contacterais en priorité dés mon retour…

Amitiés

Claude Sarfati

Au dessous du volcan

lowry--4-

L’année dernière pour illustrer le jour des morts, j’avais publié un article sur la fête des morts au Mexique : Dia de muertos.

Cette année c’est  par la présentation d’un livre considéré comme un des plus grands chefs d’œuvre de la littérature : Au-dessous du volcan de Malcolm Lowry (1947), adapté au cinéma par John Huston (1984) que je me propose de le faire. Toute l’histoire se déroule en un seul jour: Le jour des morts.

Au fond, l’intrigue de « au-dessous du volcan » n’a rien de très difficile à résumer : on y suit l’incompréhensible (a priori du moins) déchéance physique et morale d’un consul alcoolique (Albert Finney) coincé au Mexique, dont la femme (Jacqueline Bisset) lui revient après une période de séparation aux causes ambigües. Y a-t-il eu quelque chose entre la femme du consul et le jeune frère de ce dernier, prévenant, athlétique et plein de charme ? Très probablement, mais la question, rapidement, n’est pas de cet ordre. Il semble que pour Geoffrey, le personnage d’Albert Finney, la première rupture avec sa femme ait été non pas un déclic (il buvait déjà avant) mais le signe qu’il attendait pour mener à bien ce que d’aucun appellerait une autodestruction, mais qui n’est au fond que l’accomplissement d’un destin qu’il s’est lui-même attribué…

Au-dessous du volcan

Geoffrey Firmin a trop vu, trop souffert, trop vilipendé ses propres actions. Sa tête explose de mémoire torturée. Ainsi de cette lettre, jamais envoyée à Yvonne, dans laquelle il met à nu un de ses cauchemars :

Aussi quand tu partis, Yvonne, j’allai à Oaxaca. Pas de plus triste mot. Te dirai-je, Yvonne, le terrible voyage à travers le désert, dans le chemin de fer à voie étroite, sur le chevalet de torture d’une banquette de troisième classe, l’enfant dont nous avons sauvé la vie, sa mère et moi, en lui frottant le ventre de la tequila de ma bouteille, ou comment, m’en allant dans ma chambre en l’hôtel où nous fûmes heureux, le bruit d’égorgement en bas dans la cuisine me chassa de l’éblouissement de la rue, et plus tard cette nuit-là, le vautour accroupi dans la cuvette du lavabo ? Horreur à la mesure de nerfs de géants ! 

Au-dessous du volcan 2

Comme si le consul, incapable d’influencer durablement sa propre existence, avait choisi de mener sa perte comme il l’entend. Le retour de sa femme, en ce sens, est vécu à la fois comme l’exaucement d’une prière, et un obstacle à ce voyage sans vrai but dans lequel il s’est lancé. Le Under The Volcano d’Huston n’est pas le récit d’un chagrin d’amour délétère : c’est l’aventure d’un seul homme qui, après avoir caboté égoïstement pendant une partie de sa vie, prend enfin le large.
Si le livre comme le film commencent le jour de la fête des morts, l’approche de Lowry et de Huston diffèrent une fois encore. En plantant ses personnages dans un hôtel vide, déserté, quasiment hanté, Lowry offre une vision somme toute assez classiquement européenne du fantomatique. Pour Huston, mexicain d’adoption, la fête des morts est pleine de couleurs, de vie, de rires. « Pourquoi êtes-vous si joyeux le jour de la fête des morts ? » demande au début du film Albert Finney à un ami mexicain. « Pour ne pas rendre la route trop glissante de larmes aux esprits qui viennent nous visiter », répond en substance ce dernier. Ce lien amical tendu entre notre monde et l’au-delà donne au film tout son côté irréel. Ni morts ni vivants, les personnages déambulent dans un décor qui ne demande qu’à se fissurer, à laisser voir l’invisible. Le tout sans cynisme ou méchanceté : seulement une pointe d’ironie, et beaucoup de compassion.

« No se puede vivir sin amar » On ne peut pas vivre sans aimer.

Bon week-end de la Toussaint: Claude Sarfati