Les Cathares (Origines)

Cathares 1

NE QUID FALSI AUDEAT.
NE QUID VERI NON AUDEAT.

« Qu’il n’ose pas dire quelque chose de faux et
qu’il ne soit pas sans oser dire quelque chose de vrai
. »

( Devise de l’historien).

En hommage à monsieur Odile François, érudit méconnu de la Champagne.
Un grand merci à monsieur Gilbert Chérest, autre érudit méconnu qui m’a fait redécouvrir le patrimoine historique champenois.

INTRODUCTION.

Toute science naît de l’observation mais si l’homme vient à considérer sa propre nature il y trouve une multitude d’énigmes, à commencer par celles qui limitent le cours de sa vie, la naissance et la mort.
D’autres observations viennent se greffer sur l’arbre de la vie qui conduisent souvent l’homme en quête de lui-même sur les chemins de l’égarement, de l’épouvante ou du merveilleux. De tous temps il en a été ainsi.
L’échappatoire, pour l’homme, existe en la croyance en une intervention supra naturelle qui, au fil des siècles, prendra un caractère divin anthropomorphique. Ainsi vont naître la théurgie mais aussi l’idolâtrie, les vraies ou les fausses croyances déistes, la magie naturelle, etc. autant de sources légendaires qu’il existera de civilisations et qui tenteront toutes de replacer l‘homme dans ce qu‘il considère comme son univers.

De l’Antiquité aux temps modernes vont ainsi s’affronter les partisans de ces différentes formes de cultures religieuses qui ont toujours permis de considérer l’homme dans son environnement cultuel et de situer sa place dans le monde, une lutte parfois fratricide qui verra enfin triompher le christianisme aux abords du Moyen Age. Ceux qui, alors, ne reconnaîtront pas le « credo » du christianisme triomphant seront déclarés devins, sorciers et enfin hérétiques.

Les pages suivantes racontent cette histoire qui pourrait commencer en 314 au concile d’Ancyre (aujourd’hui Ankara) lorsque l’Eglise chrétienne dénonça « ces méprisables femmes qui se vantent de chevaucher certaines nuits, sur des bêtes extraordinaires, et d’être transportées de la sorte à travers l’espace à des danses et à des divertissements auxquels président Hérodiade ou Diane, la déesse des païens ».

L’histoire du christianisme primitif provient essentiellement de ce que nous ont laissé les apôtres et autres disciples du Christ. L’harmonisation des textes qui se fit aux quatrième et au cinquième siècles a donné au christianisme primitif son corpus cohérent. Mais la nature même des sources nous empêche de faire la distinction entre les enseignements originels et ceux développés par la suite par les Pères de l’Eglise.

C’est au cours du second siècle que le christianisme commença à s’écarter des enseignements puisés aux racines juives tout simplement parce que les chrétiens non juifs étaient devenus plus nombreux que les juifs convertis au christianisme.

Le novateur, en quelque sorte, de la nouvelle doctrine religieuse fut saint Paul qui se définissait lui-même comme « l’instrument de Dieu ». Saint Paul fut le premier vrai théologien chrétien.

Au quatrième siècle le christianisme s’était si bien développé et consolidé qu’il ne restait aux dirigeant de l’Empire romain que deux solutions, soit éradiquer cette secte soit l’accepter. Si Dioclétien fit tout pour l’abattre, Constantin la reconnut et, de facto, fonda l’empire chrétien. Dès lors il fut de bon ton d’être chrétien.

Si le christianisme occidental devint de plus en plus centralisé, le christianisme oriental se structura sous l’autorité de nombreux centres autonomes comme ceux de Constantinople, Jérusalem ou Alexandrie.

Cette entité unique occidentale, sous l’autorité du pape et des évêques, créa en son sein de nombreuses dissensions et controverses théologiques. L’Eglise renforça donc son organisation, centralisant plus encore l’autorité entre les mains des évêques ce qui permit finalement de se débarrasser des hérétiques, sans pour autant faire oublier au bon peuple les nombreux aspects de la vision de monde qu’avaient eu ces mouvements religieux ésotériques (gnosticisme par exemple).

On vit donc apparaître, dès le second siècle, des mouvements religieux chrétiens dont le principal celui des gnostiques allait perdurer jusqu’au Moyen Age et retrouver une nouvelle vigueur moderne cette fois ci à la lecture des documents découverts à Nag Hammadi.

Source: Les Cathares oubliés

De Daniel de castille

Editions Broché

 

Bonne lecture, bonne écoute, bon dimanche: Claude Sarfati.

 

Les frères mineurs

les frères mineurs

 

L’Ordre des frères mineurs a pour fondateur François d’Assise (1181-1226) avec les frères de la première génération. « La Règle et la vie des frères » (approuvée définitivement en 1223) invite à vivre « la pauvreté, l’humilité et le Saint Évangile de notre Seigneur Jésus-Christ ».
Marquée à ses débuts par l’itinérance, le travail, la mendicité et l’annonce de la paix, la vie franciscaine s‘est peu à peu cléricalisée. Des réformes périodiques invitent à une forme de vie plus radicale.
Les frères mineurs se répartissent en 3 branches : franciscains, capucins et conventuels.

 

 

Bonne lecture, bonne écoute, bon dimanche: Claude Sarfati.

Dia de muertos

La fête des morts est une fête d’une grande importance au Mexique. Elle se déroule en effet, pendant 2 jours, le 1er et 2 novembre juste après la fête de Halloween qui n’a aucun rapport. C’est aussi une occasion pour se retrouver en famille.

Tout le monde, un jour ou l’autre, est confronté à la mort, que ça soit par la sienne ou celle d’un proche. De nombreux rituels, spécifiques à chaque culture, ont été développés pour permettre aux vivants d’accepter la mort ainsi que pour aider le défunt à accéder à accéder à son nouvel état méta-physique.

La fête des morts, vieille d’environ 3500 ans, découle de nos jours de plusieurs traditions.

Lors de l’époque de Moctezuma (dernier empereur Aztèque), les habitants du Mexique avaient l’habitude de venir plusieurs fois par an sur les tombes des morts. La famille du défunt dansait, chantait et laissait des offrandes afin de pourvoir aux besoins du défunt dans l’au-delà.

En réalité, les Aztèques pratiquaient 2 fêtes majeures: une pour les enfants (Miccaihuitontli), et une pour les adultes (Hueymiccalhuitl). La petite fête était célébrée 20 jours avant la grande.

Les Espagnols, eux, avaient l’habitude de venir dans les cimetières pour y déposer du pain, du vin et des fleurs pour la Toussaint. Les Espagnols pensaient que les âmes parcouraient la Terre et flottaient autour d’eux. Tous craignaient qu’elles s’abattent sur eux pour les emporter avec elles. C’est pourquoi ils préparaient des autels avec du vin et du pain pour les apaiser. Des cierges les guidaient jusqu’à l’autel.

Le rituel Aztèque n’a donc pas été éradiqué par les Espagnols en les convertissant au catholicisme. La date a juste été fixée afin qu’elle coïncide exactement avec le jour de tous les saints, le 1er et 2 novembre, à la place des 2 précédentes fêtes séparées de 20 jours).

De nos jours, une autre culture vient s’ajouter à cete fête. L’arrivée des âmes des enfants le 31 octobre coïncide avec la fête d’Halloween. C’est pourquoi on rencontre dans les rues des enfants déguisés en Dracula, momies et autres morts vivants tenant une citrouille. Ils ne disent pas « trick or treat », mais « calaveras » selon la tradition del dia de los Muertos, afin d’obtenir des friandises ou des pièces de monnaie.

Le rituel et les célébrations

Ce jour de la fête des morts, les familles vont rendre visite aux tombes de leurs ancêtres et les nettoient, les décorent, leurs mettent des fleurs (spécialement des fleurs oranges appelées zempaxuchitl) ainsi que des bougies. Les âmes des défunts reviennent sur Terre suivant un certain ordre. Il convient alors de leur donner les offrandes appropriées.

Les personnes décédant durant le mois précédent ne reçoivent pas d’offrande car elles n’ont pas eu le temps de demander la permission de retourner sur Terre.

Pour les enfants morts avant d’avoir été baptisés, on offre des fleurs blanches et des cierges. Pour les autres, on apporte des jouets.

Pour les adultes, on apporte des bouteilles de tequila.

Des offrandes sont aussi faites dans chaque maison sur des autels situés dans les chambres des défunts, plus ou moins décorés et remplis selon les familles.

On y trouve: du copal dans son encensoir, des fleurs porte-bonheur, des cierges allumés, des photos représentants le défunt de son vivant, des têtes de morts en sucre ou en chocolat, des fruits, le pain des morts, des bonbons, de la nourriture que le défunt appréciait le plus, des boissons, de l’eau bénite et diverses offrandes particulières au défunt (tabac, poteries…).

Les têtes de morts portent sur le front les prénoms des morts. Bien qu’elles soient généralement représentatives du défunt, elles peuvent se déguster.

Les Aztèques et autres civilisations gardaient comme trophée les crânes des vaincus et les rassemblaient lors de la fête des morts. Ces crânes symbolisent le mort et la renaissance.

Pour guider les âmes, un chemin de pétales de fleurs est réalisé de la rue jusqu’à l’autel. Des prières sont récitées et de la musique est jouée. Les Mexicains, qui sont presque tous catholiques, débutent leur journée en priant les défunts, et la terminent en buvant à leur santé.

Le mexicain n’a pas peur de la mort, il se moque d’elle, joue avec, et même cohabite. C’est une coutume qui pour nous, nous semble choquante voire provocante car la mort est traitée comme un personnage quasi humain avec familiarité et dérision…

Ne serait-ce pas tout simplement une autre manière d’aborder la vie et par là même d’intégrer plus naturellement et sans honte cette mort qui nous fait peur et nous fascine ?

Saint Francois Sainte Claire

saint françois 5

 

…Au treizième siècle il y avait les marchands, les prêtres et les soldats. Au vingtième siècle il n’y a plus que les marchands. Ils sont dans leurs boutiques comme des prêtres dans leurs églises. Ils sont dans leurs usines comme des soldats dans leurs casernes. Ils se répandent dans le monde par la puissance de leurs images. On les trouve sur les murs, sur les écrans, dans les journaux. L’image est leur encens, l’image est leur épée. Le treizième siècle parlait au cœur. Il ne lui était pas nécessaire de parler fort pour se faire entendre. Les chants du Moyen  Âge font à peine plus de bruit que la neige tombant sur de la neige. Le vingtième siècle parle à l’œil, et comme la vue est un des sens les plus volages, il lui faut hurler, crier avec des lumières violentes, des couleurs assourdissantes, des images désespérantes à force d’être gaies, des images sales à force d’être propres, vidée de toute ombre comme de tout chagrin. Des images inconsolablement gaies. C’est que le vingtième siècle parle pour vendre et qu’il lui faut en conséquence flatter l’œil-le flatter et l’aveugler en même temps. L’éblouir. Le treizième siècle a beaucoup moins à vendre- Dieu ça n’a aucun prix, ça n’a que la valeur marchande d’un flocon de neige tombant sur des milliards d’autres flocons de neige…

Christian Bobin

Le très-Bas

Editions Gallimard

 

Bonne lecture, bonne écoute, bon dimanche: Claude Sarfati

Salutation de saint François à la Vierge Marie

saint-françois3

 

Je vous salue, ô sainte dame, reine très sainte, Marie, Mère de Dieu, toujours Vierge, choisie du haut du ciel par le Père très saint, consacrée par lui et par son très saint Fils bien-aimé et par l’Esprit consolateur, vous en qui ont été et sont toute plénitude de la grâce et tout bien. Je vous salue, ô palais de Dieu. Je vous salue, son tabernacle. Je vous salue, sa demeure. Je vous salue, son vêtement. Je vous salue, sa servante. Je vous salue, sa mère, et vous toutes, ô saintes vertus, qui, par la grâce et l’illumination du Saint-Esprit, êtes répandues dans les cœurs des fidèles, pour, d’infidèles qu’ils sont, les rendre fidèles à Dieu.

 

 

Bonne lecture, bonne écoute: Claude Sarfati